Marie L'Heureux - courriel à Florent

Bonjour,
 
Quand j'ai vu ce que vous faites, j'ai eu le souffle coupé. Je suis née sur une ferme. Plus jeune quand je voyais mon père travailler dans la mécanique et que je m'amusais à démonter des moteurs, je me disais que c'est que je voudrais faire plus tard : patenter comme ca, mais sans utilité précise et utiliser ma créativité.

Par la suite, au cégep, durant mes études en arts plastiques, j'ai réalisé une sculpture cinétique. Un de mes profs qui a vu ca, m'a parlé de Jean Tinguely.

Quand j'ai vu ce que vous faites (pour la première fois à la Station C) j'ai compris que vous étiez beaucoup plus près de ce qui m'intéresse que l'est M. Tinguely.

Pour moi votre œuvre est le summum de ce que je peux imaginer; il y a le recyclage d'objets qui est très intéressant et essentiel à mes yeux dans l'art actuel. Il y a la créativité débridée, la critique de la société, le côté ludique et humoristique...

Vos inventions, machines, robots m'ont émerveillée. Vos néologismes tridimensionnels sont pour moi l'apogée de la sculpture. Votre approche physique (manuelle) de l'art me plaît beaucoup.
 
J'aimerais savoir, mis à part M. Alfred Jarry, ce qui vous a amené sur ce chemin. Je serais aussi très heureuse d'être mise au courant de vos expositions futures.
 
Votre œuvre est pour moi d'une valeur inestimable.
 
Marie L'Heureux, étudiante

wordpress themesjoomla themes
2017  Florent Veilleux, Pataphysicien      * par Roy Hubler